Covid-19 et traitement de l’air en cabinet dentaire Covid-19 et traitement de l’air en cabinet dentaire

Covid-19 et traitement de l’air en cabinet dentaire

Publié le 15 mars 2021.

Il est maintenant largement admis que la transmission de la Covid-19 peut se faire par les aérosols (suspension dans l'air de particules liquides ou solides) et, dans notre pratique quotidienne, il est quasiment impossible de soigner sans en produire. Alors comment diminuer la présence des aérosols et réduire le risque de transmission ? Les étapes à suivre, les mesures à prendre, dans un document concis à lire d'urgence.

Pour éviter que l’équipe soignante soit contaminée par des aérosols produits sur un patient infecté et contagieux, il est nécessaire de porter un masque FFP2 et les équipements de protection individuelle*. En ce qui concerne le traitement de l’air des locaux, de très nombreuses propositions existent et il est très difficile pour les consœurs et confrères, par manque d’informations fiables sur le sujet, de choisir un système efficace. Il en résulte malheureusement certains achats couteux et sans intérêt.

Pour pallier ce manque d’informations, un groupe de travail multidisciplinaire a été constitué. Il a produit les recommandations Covid-19 et traitement de l’air en cabinet de chirurgie dentaire validées par le Réseau de Prévention des Infections Associées aux Soins (RéPIAS) et la SF2H.

LES GRANDES LIGNES DE CES RECOMMANDATIONS

Afin de diminuer le risque de transmission, une démarche reposant sur plusieurs étapes est suggérée :

  • Éviter la production d’aérosols contaminés à SARS-CoV-2 (identification préalable des patients à risque, bain de bouche antiseptique avant chaque soin, pose de la digue…).
  • Limiter la quantité d’aérosols générés (diminution de la quantité d’eau dans les porte-instruments dynamiques, utilisation de contre-angle bague rouge plutôt que la turbine...).
  • Capter au plus près du soin les aérosols produits (aspiration chirurgicale, si possible double aspiration et travail à quatre mains…).
  • Renouveler l’air de la salle de soins (en aérant régulièrement).
  • Mesure complémentaire possible : traiter l’air de la salle de soins.

Après un acte générateur d’aérosols, même si les trois premières étapes de cette démarche sont respectées, la présence d’aérosols contaminés en suspension dans la salle de soins reste possible. L’objectif est alors de "renouveler" l’air de la pièce. Cette étape revient, en première intention, à diluer les aérosols en suspension dans la pièce en y apportant de l’air neuf. Il est possible de compléter cette dilution par un traitement de l’air.

Articles connexes
LE GUIDE DES JOURS D’APRÈS 22 juin 2020
Accompagner

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre charte de confidentialité.

En savoir plus Accepter