L’EUROPE DENTAIRE EN TÉLÉTRAVAIL L’EUROPE DENTAIRE EN TÉLÉTRAVAIL

L’EUROPE DENTAIRE EN TÉLÉTRAVAIL

Publié le 29 juin 2020.

L'Organisation régionale européenne (ORE) de la Fédération dentaire internationale (FDI) devait se réunir en séance plénière en avril à Almaty, au Kazakhstan. La pandémie de Covid-19 en a décidé autrement mais les travaux de l'Organisation se sont poursuivis à distance. Découvrez les avancées des sept groupes de travail où siègent les membres de la délégation française.

L’équipe dentaire dans l’exercice 2030

Nombre de membres : 10
Nombre de nationalités : 9
Intervenant français : Doniphan Hammer - Président.

Axes de travail : analyser les nouveaux défis auxquels la profession doit faire face, les nouvelles technologies, l’avenir de l’équipe dentaire et les attentes de la nouvelle génération de praticiens.

Point de vue : les nouvelles technologies vont modifier l’approche clinique et les moyens thérapeutiques mis en œuvre, il est donc essentiel que l’équipe dentaire soit préparée à affronter ces défis. Néanmoins, le groupe de travail reste vigilant sur un point : le patient doit toujours rester au centre de la pratique dentaire et les nouvelles technologies doivent être une aide et non une fin pour l’équipe dentaire.

Action 2019 : enquête sur la composition des équipes dentaires au sein des pays membres de l’ORE, sur les divers statuts des personnels, l’existence possible de relations financières directes entre les patients et les membres de l’équipe dentaire ainsi que leurs cadres de formation.

Action 2020 : Suite à la crise sanitaire du COVID 19, le groupe de travail a réalisé un sondage sur son impact sur l’équipe dentaire (chômage, activité, etc.). La collecte des réponses est en cours.

Formation médicale continue en odontologie

Nombre de membres : 8
Nombre de nationalités : 8
Intervenant français : Joël Trouillet.

Axes de travail : promouvoir un modèle interprofessionnel pour la formation médicale et dentaire et évaluer les formats pédagogiques de formation continue.
Plusieurs enquêtes ont permis au groupe de travail d'insister sur la nécessité d'intégrer à la formation des futurs chirurgiens-dentistes des éléments d'interdisciplinarité, notamment :

- la collaboration étroite entre praticiens dentaires et médecins, fondamentale pour placer la santé bucco-dentaire au cœur de la santé en général,

- un enseignement commun de certaines matières médicales au cours de la formation initiale,

- l'intégration de connaissances médicales suffisantes pour accomplir certaines tâches, comme le dépistage et la surveillance de maladies non transmissibles.

Gestion Qualité

Nombre de membres : 4
Nombre de nationalités : 4
Intervenant français : Roland L’Herron - Président.

Axes de travail : collecter des informations pour connaître les mesures mises en place dans les différents pays européens dans le domaine de l’assurance qualité.

Objectif : dresser un panorama des mesures nationales visant à améliorer, voire contrôler la qualité et la sécurité des soins dentaires.

Action en cours : analyse des résultats d'une enquête menée pour déterminer si la profession est consultée lors de l'élaboration de ces mesures.

Relations entre les chirurgiens-dentistes et les universités

Nombre de membres : 9
Nombre de nationalités : 7
Intervenant français : Marco Mazevet.

Axes de travail : construire une vision européenne de la formation interprofessionnelle, en se mettant d’accord sur sa définition, son importance, ou encore ses bénéfices.

Action 2019 : enquête internationale réalisée en partenariat avec l’ADEE (Association des enseignants en chirurgie-dentaire européens). Les premiers résultats ont démontré qu'un réel intérêt existe pour l'apprentissage interprofessionnel en formation initiale, pour favoriser une prise en charge centrée sur le patient. Cependant, de nombreuses barrières existent, de la configuration des universités au fonctionnement des systèmes de santé. Ce sondage reflète les développements récents en France et la stratégie nationale de santé qui vise à encourager ces enseignements transversaux et la valorisation de prise en charge globale et interprofessionnelle des patients.

Objectif : définir une position commune sur ce sujet devenu central dans les stratégies de transformation des systèmes de santé.

Population vieillissante

Nombre de membres : 7
Nombre de nationalités : 7
Intervenante française : Sophie Dartevelle.

Axes de travail : promouvoir un programme de formation initiale et continue en odontologie gériatrique et développer des outils de sensibilisation à destination des décideurs, des chirurgiens-dentistes, et des personnes âgées

Actions 2019 : diffusion d’un questionnaire sur la prise en charge de la santé bucco-dentaire des personnes âgées à tous les pays membres de l’ORE ; appui pour l’organisation d’une conférence sur la gérodontologie en Géorgie ; et rédaction d’un plaidoyer pour un programme de formation initiale et continue en gérodontologie.

À noter : lors de la séance plénière de l'ORE à Francfort au printemps 2019, le groupe de travail a présenté le projet « Oralien » de l’UFSBD, qui a suscité beaucoup d’intérêt. L’UFSBD s’est en effet appuyée sur les opportunités offertes par la télémédecine pour imaginer et développer un programme de monitoring de la santé orale, alliant proximité et télésurveillance au sein des établissements médicaux-sociaux.

Exercice dentaire libéral

Nombre de membres : 11
Nombre de nationalités : 9
Intervenants français : Jacques Deniaud, Marco Mazevet.

Axes de travail : analyser les tendances des conditions d’exercice et leurs évolutions. Soutenir l’exercice libéral et la garantie de l’indépendance de la prise de décision thérapeutique.

Projet : réaliser un audit sur les différentes formes d’exercice libéral en Europe, suite au développement de nouvelles pratiques ces dernières années (exercice partagé sur un même fauteuil, exercices dans plusieurs cabinets).

Objectif de l’audit : étudier si ces solutions permettent une adaptation de l’exercice libéral à diverses contraintes économiques, familiales ou démographiques. Dans le but de valoriser l’exercice autonome, cible de nombreuses attaques de « chaînes de soins » dans la plupart des pays.

Dentisterie numérique – e-santé – intelligence artificielle

Nombre de membres : 9
Nombre de nationalités : 8
Intervenante française : Sophie Dartevelle.

Ce tout nouveau groupe de travail a vu jour fin 2019. Il ne s’est pas réuni à ce jour.

 

Focus

L’ORE-FDI créée en 1955, compte actuellement 37 pays membres. Son histoire et son développement sont étroitement liés à l’évolution de la communauté européenne et l’Organisation s’est considérablement élargie ces dernières années en accueillant les pays d’Europe de l’Est.

EN SAVOIR PLUS

LES MISSIONS DE L’ORE

  • Représenter et promouvoir les intérêts des dentistes sur les questions ayant trait à la profession, la politique et la santé. 
  • Promouvoir les activités basées sur les avancées scientifiques au sein des associations membres.
  • Promouvoir le concept de dentiste en tant que profession libérale basée sur la liberté de choix dans la relation entre le dentiste et son patient.
  • Soutenir et promouvoir les règles nationales sur la santé par la formulation de principes généraux et de propositions à adopter dans chaque pays.
Articles connexes
LA FDI – PAS EN CHINE CETTE ANNÉE MAIS TOUJOURS DANS LE MONDE ENTIER 29 juin 2020
Defendre
LA NORMALISATION EN MÉDECINE BUCCO-DENTAIRE 29 juin 2020
Defendre
20ème APPEL À PROJETS DE L’IFRO 29 juin 2020
Former

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre charte de confidentialité.

En savoir plus Accepter